Adoption Strasbourg Bas-Rhin

Si vous souhaitez adopter un enfant, vous pourrez retrouver sur cette page des articles informatifs sur ce sujet ainsi qu'une liste de professionnels à Strasbourg et sa région qui sauront vous apporter tous les conseils dont vous avez besoin.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Laurent Hincker Avocat au Barreau de Strasbourg
(33) 03 88 15 14 26
18 Avenue de la Marseillaise
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit des personnes
Autres Activités
droit penal, droit communautaire
Voir la fiche complète
Cliquez ici

Données fournies par:
Cabinet Oster
(038) 814-1606
4 rue Sainte Odile
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit commercial
Autres Activités
droit social, droit des personnes

Données fournies par:
Emmanuel RODRIGUEZ
388151426
18 Avenue de la Marseillaise
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit social
Autres Activités
droit économique, droit des personnes

Données fournies par:
Bapst Patricia
(038) 825-0998
3 rue zurich
Strasbourg, Bas-Rhin

Données fournies par:
Laurent Hincker Avocat au Barreau de Strasbourg
(33) 03 88 15 14 26
18 Avenue de la Marseillaise
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit des personnes
Autres Activités
droit penal, droit communautaire
Voir la fiche complète
Cliquez ici

Données fournies par:
Bapst Patricia
(038) 825-0998
3 rue zurich
Strasbourg, Bas-Rhin

Données fournies par:
Cabinet d'Avocats Joly Oster
388141606
4 rue Sainte Odile
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit des mesures d'exécution
Autres Activités
droit immobilier, droit des personnes

Données fournies par:
Cabinet d'avocats Schreckenberg Parniere & Associés
388143660
25 bd Prés. Wilson
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit des personnes
Autres Activités
droit social, droit immobilier
Voir la fiche complète
Cliquez ici

Données fournies par:
Cabinet Oster
(038) 814-1606
4 rue Sainte Odile
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit commercial
Autres Activités
droit social, droit des personnes

Données fournies par:
Emmanuel RODRIGUEZ
388151426
18 Avenue de la Marseillaise
Strasbourg, Bas-Rhin
Activités dominantes
droit social
Autres Activités
droit économique, droit des personnes

Données fournies par:
Données fournies par:

Adoption à l'étranger, mode d'emploi - Enfants - Droit de la Famille

Les démarches en vue d'adopter varient considérablement d'un pays à l'autre. Il faut donc se renseigner très précisément sur les réglementations en vigueur pour choisir le pays avant d'entamer les démarches. Chaque pays a en effet des règles strictes et propres concernant notamment l'âge et la religion des parents, la possibilité d'adopter en étant célibataire, les enfants dits adoptables.

Démarche par l'intermédiaire d'un OAA


Les personnes qui souhaitent adopter à l'étranger peuvent passer par un Organisme agréé pour l'adoption (OAA). Celui-ci se charge alors de constituer le dossier, de le transmettre au pays, et d'effectuer toutes les démarches en vue de l'accueil de l'enfant. Mais ces organismes reçoivent beaucoup de demandes, et ne peuvent pas toutes les satisfaire.

Démarche individuelle


Beaucoup de familles préfèrent faire leurs démarches individuellement. Dans ce cas, la procédure diffère selon que le pays choisi est signataire ou non de la Convention de La Haye.
Si le pays est signataire, il est obligatoire de passer par l'Agence française de l'adoption (AFA) qui conseille les familles et contacte les autorités compétentes du pays.
Si le pays n'est pas signataire (Russie, Haïti...), la personne souhaitant adopter peut entrer directement en contact avec les autorités compétentes du pays (ou avec un orphelinat, un avocat, ...).

Aller chercher l'enfant


Dans la plupart des cas, il faut se rendre dans le pays pour y effectuer toutes les démar...

Lire la suite de l'article sur le site de VosDroitsForYou

J'ai adopté la fille de ma femme - Couple - Droit de la Famille

Le père biologique de Pauline n'a pas donné signe de vie depuis bien longtemps. Malgré un jugement du tribunal, il n'a jamais payé de pension alimentaire, et ne vient jamais la voir. Je la considère comme ma fille, et je voulais officialiser cette situation. J'ai découvert qu'on pouvait adopter l'enfant de son conjoint. En plus, ça inquiétait beaucoup ma femme de se dire que s'il lui arrivait quelque chose, je ne pourrais peut-être pas garder sa fille avec moi.
Nous avons donc décidé de faire une adoption simple, qui permet de ne pas couper complètement les liens avec la famille biologique (pour l'héritage notamment), mais de créer quand même une nouvelle famille. Le problème c'est qu'il fallait le consentement du père biologique, ce qui n'était pas gagné...
Nous avons été voir un avocat, qui nous a expliqué que l'absence de signe de vie du père s'apparentait à un abandon de famille. Et que le juge pouvait, dans ce cas, accepter l'adoption simple sans son consentement. En fait nous n'avons pas eu besoin d'en arriver là, car nous avons, un peu par hasard, retrouvé le père de Pauline. Il s'est remarié et a deux enfants... Nous l'avons menacé de l'assigner en justice pour non-paiement de pension alimentaire, en lui laissant toutefois le choix : il pouvait signer le consentement à l'adoption simple et ne serait plus inquiété... Procédé peu loyal mais redoutablement efficace. Il a signé !
Le Tribunal de grande instance a ainsi pu prononcer l'adoption simple. Aujourd'h...

Lire la suite de l'article sur le site de VosDroitsForYou

J'ai adopté un enfant à l'étranger - Enfants - Droit de la Famille

Ca a été très long mais ça a marché ! Je me suis parfois découragée, mais je suis ravie d'être aujourd'hui maman d'une petite Yue de 3 ans.
Nous en avons longuement discuté avant de nous lancer dans l'aventure. Quand nous l'avons fait, nous étions prêts, ce qui était nécessaire pour passer toutes les étapes ! Nous avons eu plusieurs rendez-vous avec un psy et avec une assistante sociale avant d'obtenir l'agrément, 10 mois après en avoir fait la demande. Cette période a été difficile psychologiquement, même si nous nous en sommes bien sortis. Ensuite, nous sommes passés par un OAA (Organisme autorisé pour l'adoption). Il est aujourd'hui possible de passer par l'Agence française de l'adoption, l'AFA, pour adopter en Chine, mais à l'époque ce n'était pas le cas. Comme nous avions fixé notre choix sur ce pays, nous nous sommes donc tournés vers un OAA pour nous aider dans nos démarches, et nous n'avons pas été déçus. Ils nous ont aidé à constituer notre dossier, et l'ont envoyé en Chine quelques mois plus tard.
Presque un an et demi après, nous sommes enfin partis sur place chercher notre petite chérie. Elle avait tout juste 12 mois quand nous l'avons serrée dans nos bras la première fois. Elle s'est bien habituée à sa nouvelle vie. Elle a aujourd'hui 3 ans, et nous sommes tous très heureux !
En tout, les démarches nous auront coûté un peu plus de 10 000 euros, mais nous y sommes parvenus. Ce qui est une chance, d'autant que les autorités chinoises ont réce...

Lire la suite de l'article sur le site de VosDroitsForYou

L'adoption plénière - Enfants - Droit de la Famille

Les démarches en vue d'adopter sont souvent longues, voire coûteuses. Il faut bien les respecter pour mettre toutes les chances de son côté.

L'adoptant


L'adoption peut être demandée par les personnes de plus de 28 ans, ou par les époux mariés depuis plus de deux ans. L'adoptant doit avoir au moins 15 ans de plus que l'adopté, cette différence étant réduite à 10 ans pour l'adoption de l'enfant du conjoint.

L'adopté


L'enfant doit avoir moins de 15 ans, et son consentement est nécessaire s'il a plus de 13 ans. Le nombre d'enfants adoptables en France est très réduit. Il s'agit des pupilles de l'Etat (confiés au service d'Aide sociale à l'enfance), des enfants déclarés abandonnés par décision judiciaire, et des enfants donnés en adoption par leurs parents. La plupart des enfants adoptables se trouvent à l'étranger.

L'agrément


Pour pouvoir adopter, que ce soit en France ou à l'étranger, il faut dans un premier temps obtenir l'agrément auprès de l'Aide sociale à l'enfance en le demandant au Conseil général du département. Délivré au maximum 9 mois après la demande, il évalue, après enquête, les capacités sociales et psychologiques d'accueil de l'enfant. L'agrément est valable 5 ans.

Le placement de l'enfant


Une fois l'agrément obtenu, l'enfant peut être accueilli dans la famille. S'il est à l'étranger, il faut aller le chercher ou s'adresser à un organisme autorisé pour l'adoption.

Le jugement d'adoption


Le lien de filiation entre l'ad...

Lire la suite de l'article sur le site de VosDroitsForYou